Comportementaliste, technicienne des relations homme- animal, médiatrice entre l'animal et la famille, spécialisée -chiens et chats. Comportements indésirables; conseils pour bien choisir son animal familier, devenir un bon maître, le comprendre ou rétablir une relation harmonieuse avec chien ou chat agressif, malpropre, destructeur, angoissé. Conseils.

Articles : le chat - le chien - les 2- anxiété de séparation - relation chien/chat.
Autres articles : - maladie- ils vieillissent - deuil - naturalisation
Troubles de comportements : comportements indésirables - agressivité - gros chiens - mimiques
Galerie des races chats et chiens - Droits de l'animal - Tableau des âges - Noms en P pour 2019.

Articles chiots et chatons : développement - séparation / mère - recueillir un animal - cadeau ? -au pied du sapin ?
Divers : animal/enfant - maître/animal : anthropomorphisme - les vacances - les stériliser - les aboiements du chien - Le choix du couchage : coussin, panier, niche ? Où les placer ? - Le jeu - Quels jouets donner à nos animaux familiers ?

 

 


 
Quel nom lui donner ? noms en O pour 2018
 
- Articles divers -(voir en haut dans panneau jaune)
 

 

 

Tous droits réservés, textes et photos copyright © Harmonie Maître Animal 2001
La reproduction de tout ou partie de textes et/ou photos de ce site est interdite sans mon autorisation écrite
avec la mention des sources et un lien avec http://www.maitre-animal.com/

 


Le chiot : son développement
neuro-psycho-comportemental et socio-affectif



Maïs blond de la Tour St Genin dans sa fratrie
Photo © Annie TABUTAUD

Quels sont les besoins du chiot
pour son bon développement
mental et physique ?

Les besoins du chiot sont d'ordre affectifs, psychiques, sociaux, comportementaux ainsi que sensoriels, neurologiques et moteurs.


Chronologiquement, quels sont ses besoins primordiaux au cours des étapes de son développement ?

Il est souhaitable qu'il soit :
- conçu par des reproducteurs sains et équilibrés,

- porté par une mère de tempérament calme,
vivant dans la sérénité d'un bon élevage dans lequel les conditions de vie sont sécurisantes.


Comme tout mammifère il a besoin....
1. de s'attacher et s'identifier à sa mère.
durant la période sensible des 3 / 4èmes semaines à la 7ème semaine.


Ouidah de la Tour St Genin et sa portée
(Photo © F. GAUDRON)

Ce lien et cette empreinte à la mère s'extrapolent à l'espèce, lui permettant ainsi de devenir plus tard un adulte équilibré.

Lien et empreinte sont indispensables à sa survie ( il a besoin des soins et de la chaleur de sa mère ).




Un chiot élevé uniquement par l'homme sans contact avec ses congénères serait imprégné  au monde humain et donc uniquement à celui-ci.

 

 

2. d'être socialisé entre les 4èmes  12èmes semaines.
Cette socialisation infantile est appelée "primaire".
Elle se déroule:

a) au contact de ses parents, des autres chiens adultes, de ses frères et sœurs

>
 
Chiots d'Isyca de la Maison de Suzie (voir liens)
(Photo © A. BALLAN)
Chiots de Ouidah de la Tour St Genin
(Photo © F. GAUDRON)
= socialisation intraspécifique.

Dans les jeux et les affrontements,
il expérimente :
- ses futurs comportements d'adulte comme la chasse et le combat.

Il apprend :


- les codes de communication des siens,

- la hiérarchie qui règlemente la vie en meute.

- l'autocontrôle ou " phase d'arrêt d'un comportement " dont fait partie
" l'inhibition sociale de la morsure ".


OUIDAH de la Tour Saint Genin et sa portée. (Photo © F. GAUDRON)

 

Elle est apprise vers la 5ème semaine surtout par la mère. Cet autocontrôle lui permet aussi d'acquérir une bonne stabilité émotionnelle.
D'où la nécessité impérative, de laisser le chiot avec sa mère pendant les cinq premières semaines, au moins - l'idéal étant jusqu'à son départ - sinon vous risquez d'avoir un chiot toujours actif ou mordeur.

 

b) avec d'autres espèces:

chats, chevaux, poules et
avec des hommes différents
( bébés, enfants, adolescents, hommes et femmes, la foule etc. )

= socialisation interspécifique.


Un des bébés de Ouidah de la Tour Saint Genin
(Photo © F. GAUDRON)

 

Ces apprentissages lui permettront plus tard, de ne pas considérer ces espèces comme ennemies et de s'adapter facilement chez son nouveau maître.

 

3. de vivre des expériences multiples avec des stimulations diversifiées
pour une bonne adaptation future et aussi pour son développement psychomoteur.
Bébés de Ouidah de la Tour St Genin (Photo © F. GAUDRON)

Si l'éleveur ne l'a pas mis en contact avec les bruits de la maison :  radios, télévision, aspirateur, appareils ménagers etc.. et

s'il ne lui a pas fait connaître la voiture, la ville, divers éléments comme l'herbe, les graviers, les marches d'escaliers (adaptées à sa taille) etc. mais qu'il l'a confiné en chenil, le chiot souffrira de peurs paniques lorsqu'il arrivera chez un maître citadin.

 

Tout animal n'ayant pas été élevé dans ces conditions, souffrirait de carences si graves que le trouble de comportement engendré (nommé syndrome de privation) serait insurmontable par un maître inexpérimenté.

 

 

L'éleveur
devra aussi pratiquer un sevrage très progressif ..sous peine d'entraîner des troubles comportementaux.

 

Il évitera aussi de traumatiser les chiots durant la période de peur dans les 8/9èmessemaines : coupe d'oreilles, vaccinations, départss, etc.. sont impérativement à proscrire, sinon la peur pourra se fixer.

(voir : Lu dans la presse - livre créer son élevage de chiens)

Sevrage des bébés de Ouidah de la Tour Saint Genin
(Photo © F. GAUDRON)

 

Quant au maître
il lui restera le soin de consolider les acquis du chiot et de continuer la socialisation pour la parfaire : c'est la socialisation secondaire.

 

 

 

Pour le chaton,
il en sera de même, mais les périodes de développement sont plus courtes que chez le chiot
.

(voir page chat)



 

Chiots et chatons bien dans leur peau.

Texte co-écrit par Françoise Gaudron et Laurence Bruder comportementalistes
dans les Dernières Nouvelles d'Alsace du 14 Décembre 2003

 

Pour le chiot ou le chaton, il s'avère qu'une séparation trop précoce de la mère et de la portée risque d'avoir des conséquences très fâcheuses. C'est en effet par les contacts avec sa fratrie (la mère, les frères et soeurs, d'autres adultes) que le petit acquiert les attitudes nécessaires à sa survie et les codes de communication de son espèce : le langage canin ou félin. Les interactions qui se déroulent entre eux enseignent à chacun des individus les comportements comme le contrôle de la morsure pour le chiot et la rétraction des griffes pour le chaton. Dans les jeux et les simulacres de lutte, la confrontation avec ses frères et soeurs, le jeune perfectionne ses acquis, développe ses capacités motrices, son intelligence, apprend la vie en société et la hiérarchie.

Séparation trop précoce : les risques Dans le cas d'une séparation trop précoce entre la mère et sa portée, on peut provoquer plusieurs problèmes préjudiciables à l'équilibre émotionnel :
- une mauvaise imprégnation à son espèce (l'animal ne se comporte pas comme les autres chiens ou chats),
- une socialisation inexistante (résultat de l'absence de relations avec les espèces amies : chats, chiens, humains de tous âges, etc.)
- un manque d'expériences précoces diversifiées (les bruits de la maison et de la ville, les voyages en voiture, les objets ou les sols variés).
Lorsqu'il arrivera chez son maître, ces manques engendreront probablement des comportements de peur ou d'agressivité de la part du chiot ou du chaton, devant des situations ou des rencontres nouvelles.

Les trois premiers mois de la vie d'un petit animal sont donc primordiaux pour la construction de son équilibre mental. C'est pourquoi un éleveur sérieux ne sépare pas trop tôt le petit de la mère et des frères et sœurs, et lui fait connaître de nombreuses expériences : afin qu'il se développe harmonieusement et devienne un adulte bien dans sa peau.
Il faut savoir que ce qui n'a pas été acquis dans cette période est difficilement rattrapable, et nécessite souvent l'intervention de professionnels compétents.


F. GAUDRON et L. BRUDER

 

 

voir aussi le chat

 

 

 

Comment choisir un chiot ?



Accueillir un chiot chez soi est un acte sérieux, qui engage le maître durant toute la vie de l'animal.
Il faut donc dès le moment du choix s'entourer d'un maximum de garanties.

 

Les questions suivantes vont permettre au futur maître, lorsqu'il devra déterminer parmi les chiots celui qui lui corresponde le mieux.
- Aime t'il un chien exubérant? calme ? avec un caractère bien trempé ?
- Veut- il un chien de travail ? de garde ? ou de compagnie ?
- Un mâle ? une femelle ? etc.

Après avoir choisi la race, il est souhaitable de déterminer le sexe du chiot que l'on préfère :



Une femelle ?

 

- Moins imposante, de corpulence moindre et de plus petite de taille.

- Plus soumise. Plus calme, plus obéissante.

- Moins indépendante donc plus proche du maître.

- Plus tolérante avec les enfants (instinct maternel?).

- Plus rusée, obtient ce qu'elle veut en prenant des détours.


Inconvénients: les chaleurs


Inndia de la Tour St Genin et sa portée (Maïs, ses frères et soeurs)
Photo © Annie TABUTAUD

 

 

Un mâle ?


- Plus grand et plus lourd que la femelle, plus imposant.

- Caractère plus dominant (dans la meute, il domine les femelles), remet en cause régulièrement l'autorité de son maître ( et surtout de sa maîtresse ) pour le supplanter dans son rôle de chef.

- Plus indépendant, a besoin de plus de liberté et plus d'activités et dépenses physiques.

- Plus "fonceur", obtient par la force.

- Bagarreur avec les autres mâles surtout en laisse, ou pour obtenir les faveurs d'une chienne en chaleur ou pour éloigner les rivaux.

Inconvénients: lève la patte contre les arbres, les murs, etc...


Il faut noter une attirance des femelles animales pour les hommes et
une attirance des mâles animaux pour les femmes....et vice versa par un jeu des phéromones.

 

 

Les deux ?

 

A deux c'est mieux ! L'équilibre idéal serait constitué de deux animaux de la même espèce, de sexe opposé et d'une même portée ou d'un âge approchant afin d'harmoniser les périodes d'activité et de repos.
Cette vie de couple devra être interrompue à partir de la puberté durant les chaleurs de la femelle.



Rapsodie in Blue (Rapsy) de Glen Mara et
Maïs Blond de la Tour Saint Genin
(Photo © F. GAUDRON)

- Pour celle-ci vous pourrez faire prescrire par votre vétérinaire un moyen contraceptif ou la faire stériliser; Cette opération est plus simple à pratiquer sur le mâle.

ou

- procéder à une séparation temporaire durant l'oestrus.

 

La cohabitation d'un mâle et d'une femelle se passe toujours bien. Il est plus difficile de faire vivre ensemble deux chiennes et encore plus deux chiens mâles.


Nils des Carrières Noires et Jacinthe

(Photo © F. GAUDRON)

 

 


--------Orlane des Landes de Vaumale ----------------------------------Vodka des Bergeries de la Colombière
-et Nils des Carrières Noires----------------------------------------et -Virus du Clos Guillaume

(Photos © F. GAUDRON)


Pour les chats
le problème est plus complexe : les chattes vivent en sociétés de femelles (sociétés matriarcales) et ont besoin d'un grand espace de vie.

 

 

Chiot et chaton ?

 



Baby et Virus du Clos Guillaume.
 

Big-Mama de la Combe d'Orvaz et Baby-chat
(Photos © F. GAUDRON)

Avec deux "bébés" animaux vous n'aurez aucun problème de cohabitation.
Soyez cependant vigilant au début car la différence de taille peut-être la cause d'accidents.

Ces caractéristiques ne peuvent être que des indications de base, car il faut tenir compte de la personnalité de chaque individu-chiot ou chaton.



 

Comment choisir celui qui vous conviendra le mieux
parmi tous les chiots ou chatons d'une portée ?

 

Il existe plusieurs moyens :


1°) Demander l'avis de l'éleveur chevronné qui connaît bien ses chiots, ses chatons.

2°) Observer le comportement des chiots, des chatons entre eux, avec la mère.
Repérez les dominants, les soumis....les observer dans leurs jeux entre frères et soeurs de la portée. Repérez aussi celui qui vient vers vous, celui qui se cache, vous fuit ou essaie d'agresser. (Dans ces 3 derniers cas évitez de choisir ces chiots ou chatons si vous n'êtes pas un spécialiste, un "utilisateur chevronné". Ils sont déconseillés dans une famille avec enfants)

3°) Faire passer les tests suivants pour chiots:

Mais il existe d'autres tests :

Les tests vont permettre de déterminer les tendances caractérielles, le tempérament du chiot, ce qui permettra au maître de le choisir en connaissance de cause.
On sait que les tests doivent se passer dans des conditions très particulières et que les résultats ne sont pas fiables à 100% ( conditions de la manière de les faire passer, attitude du testeur, jour, moment de la journée etc. ) et qu'ils ne sont valables qu'au moment précis où vous le faites passer.

Ils n’ont pas une valeur absolue, mais sont des points de repères.

Pour plus de détails sur ces tests, s'adresser à un comportementaliste ou se référer aux ouvrages spécialisés.




 

A quel âge acheter un chiot ?



Maïs Blond de la Tour Saint Genin quitte l'élevage.
Photo© Annie TABUTAUD

Malgré votre impatience,

il va vous falloir attendre

entre la 10ème et la 12ème semaine soit 3 mois



pour venir chercher votre chiot à l'élevage.



Le chiot aura alors terminé la première partie de son développement social et comportemental si l'éleveur a bien fait son travail. ( Voir dans développement ).

La période dite de peur sera passée ( voir développement du chiot )

Un chiot de 10 à 12 semaines est alors complètement apte à s'adapter chez un nouveau maître.

Pour cela il faut que sa mère-chienne et l'éleveur lui aient donné la possibilité d'acquérir un équilibre émotionnel stable. Celui-ci lui permettra d'affronter toute situation ou événement nouveau.

 

 

Le chiot " bien dans sa tête et bien dans sa peau " pourra continuer son développement chez un maître conscient qu'il a encore un rôle important à jouer dans la suite du développement de ce chiot : un adulte en devenir.

 

Pour le chaton
il vous suffira d'attendre qu'il ait environ 2 mois 1/2
à 3 mois